Mécanique - ESP

Destiné à améliorer le contrôle de trajectoire d'un véhicule automobile.

Electronic Stability Program ou système électronique de correction de trajectoire. Egalement désigné selon les constructeurs, par les acronymes DSC III (BMW), SVC (Toyota), DSTC (Volvo), Thrust II (Smart), PSM (Porsche) ou Stabilitrak (General Motors).






A partir des données transmises par les capteurs ABS, ainsi que des capteurs d'angle volant, d'accélération et de pression du circuit de freinage, l'ESP détecte la nécessité de procéder à une correction de trajectoire. Une fois la position du véhicule et l'axe à suivre déterminées, l'ESP agit sur le régime moteur et/ou les freins pour replacer le véhicule dans la trajectoire idéale.

 

Son fonctionnement est simple ; le véhicule lors d'un virage pris à trop grande vitesse peut perdre sa stabilité et échapper au contrôle de son conducteur :

  • Soit sous-virer : le train avant dérive davantage que le train arrière et l'automobile a tendance à aller tout droit au lieu de suivre la courbe. L'ESP rétablira le véhicule en donnant l'ordre de freiner la roue arrière intérieure. En cas de fort sous virage, l'ESP freine aussi les roues avant.
  • Soit survirer : le train arrière dérive davantage que le train avant et si la trajectoire n'est pas rétablie, la voiture part en tête-à-queue. L'ESP rétablira le véhicule en donnant l'ordre de freiner la roue arrière extérieure.

Au besoin, si le conducteur recherche encore à accélérer, l'ESP réduit le couple moteur délivré.

Ces phénomènes sont décelés par des capteurs disséminés au niveau des trains roulants et de la direction. Ces petits capteurs vérifient (25 fois par seconde) et analysent si la trajectoire réelle suivie par le véhicule est bien celle souhaitée par le conducteur. Donc si une situation anormale se produit, la trajectoire peut être corrigée par un freinage ciblé sur la roue adéquate .